*Blabla*

7h55 dans le train direction Paris

Hier couchée à 1h, ce matin levée à 6h (c’est plutôt la nuit ça pour moi) et départ à 7h20 direction Paris. Encore…

C’est ça aussi la vie d’une responsable associative. De la réunionnite aiguë, des déplacements à gogo pour refaire le monde et des heures dans les trains. M’en fout, j’en profite pour écrire.

Seul hic : j’ai pas vu Monsieur Bébé avant de partir. Et il y a de grandes chances qu’il soit couché quand je rentrerai ce soir. Aaaaaarg ! J’ai horreur de ça. Surtout qu’ensuite il m’en veut et me boude. Pffff, monde cruel… Tant pis demain matin je le couvrirai de bisous. Et toc.

Je disais donc direction Paris.. Avant de m’installer en province il y a 12 ans, je vivais en banlieue parisienne. Et j’aimais ça. Pas la banlieue en elle même, mais Paris.. Quel bonheur de pouvoir me rendre à Paris juste pour flâner sur les quais de Seine, faire une virée à Montmartre (vive le cliché) ou chiner aux puces à Clignancourt.. Ah et j’oubliais, courir et jouer des coudes dans le métro ! Ça aussi c’est un hobby à part entière ! Et puis pas de souci pour trouver un resto ouvert le dimanche soir, ni voir un bon film en VOSTfr. Là où je vis aujourd’hui, j’ai arrêté de l’envisager!

Quand il m’arrivait de retourner en région parisienne pendant mes premières années de vie provinciale, je retrouvais très vite mes marques et redevenait la parisienne-ultra-pressée-ultra-stressée que j’aimais être. Mon pas redevenait vite assuré et rien ne laissait paraître que j’habitais désormais dans une ville moyenne entourée par des champs à perte de vue (reconnaîtrez vous cette ville ? Un resto offert en ma compagnie à qui le devinera).

Mais au bout de 12 ans les choses ont bien changé et l’ex banlieusarde un peu bobo parisienne s’est complètement transformée en une petite provinciale plus à l’aise dans des lieux où la densité est beaucoup moins élevée.. Du coup je galère un peu plus quand je retourne à Paris.. Je me mets même à scruter le plan avec attention durant de longues minutes avant de m’aventurer dans le métro. Fini le temps où j’allais où je voulais les yeux fermés.

Je me suis même surprise à dire à une amie future maman parisienne-et-incapable-d-envisager-de-vivre-ailleurs « t’aurais pas envie de voir tes enfants grandir à la campagne, sans l’insécurité de la grande circulation et avec un grand jardin pour jouer et courir ? » (Allez hop re-cliché. Ben oui, tous les gens qui habitent en Province ne vivent pas dans un corps de ferme au milieu des champs).

Mais j’ai toujours un certain plaisir à y retourner. Pour une chose principalement. La pause Starbuck obligatoire après une journée de réunion de travail ! Un bon grand moka avec un muffin, ou un scone, ou une part de cheesecake, peu importe tant que c’est au Starbuck. Hmmmmm, le bonheur… Vivement 18h !

Sur ce, encore une petite heure de train avant l’arrivée, donc je vais en profiter pour piquer un somme..

Bien à v..zzzzzzzzz

paris

Publicités

Un petit mot doux ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s