*En famille*

L’allaitement tant attendu n’a pas été l’allaitement rêvé

En allant sur le blog de ParisPagesBlog , j’ai été très touchée par son billet sur son allaitement de 2 jours (je vous le conseille). J’ai vécu moi même une expérience difficile et elle m’a donné envie d’en faire le récit.

Quand je suis tombée enceinte de Monsieur Bébé, il était pour moi évident que je l’allaiterai. Tout comme il était évident qu’il dormirait dans notre chambre les premiers mois. J’aime bien vivre dangereusement moi.

Non pas que je sois une adepte du « maternage » – je ne savais même pas ce que c’était – mais j’avais vraiment envie de connaître cette (galere) communion avec Bébé.
Je me disais souvent que nourrir mon Bébé avec mon propre lait était la chose la plus évidente et la plus naturelle du monde. Après tout, les vaches ne nourrissent pas leurs veaux avec le lait de la chèvre du pré d’à côté !

J’en parlais souvent à chéri qui essayait de tempérer mon enthousiasme – ce rabat joie – en me disant que je risquais d’être très déçue si ça ne fonctionnait pas. Et pourquoi ça ne fonctionnerait pas ? Nan mais oh ! (Je vous évite le allo cette fois ci. Suis sympa).
Allaiter c’est naturel, on met le Bébé au sein, il tête et c’est parti !
Et la marmotte….

Ma sage femme m’a donné des conseils au sujet de l’allaitement. Elle soutenait mon envie et on en discutait souvent.
Oui mais voilà, on n’a jamais évoqué les éventuelles difficultés qui pouvaient survenir – bin non c’est naturel donc y aura pas de difficulté !

Dans la salle d’accouchement, Monsieur Bébé n’a pas voulu téter. Il n’a pas voulu téter non plus la nuit suivante (il est né à 19h07). J’ai essayé plusieurs fois de le mettre au sein dans la nuit mais il pleurait et ne tétait pas. Le lendemain il a bien voulu. Un peu. Mais pas correctement. On s’est vite rendu compte qu’il prenait mal. Il a donc eu des compléments au DAL (petite sonde reliée a un complément de lait et qu’il aspire en tétant le sein – en me relisant je me rends compte de la limpidité de mon explication. Demandez à Google ça vaut mieux) pour qu’il se nourrisse en apprenant à bien téter.

C’est la seule aide correcte que j’ai eu durant toute la durée de mon allaitement puisque suite à ça il s’est mis à téter très efficacement.

La veille de la sortie de la mat j’ai eu ma montée de lait. Il prenait toutes les 4h et ça durait 15 minutes a chaque fois. Joie et bonheur qui ont durés… 2 semaines.

Ensuite la galère a commencé. Les tétées sont devenues un vrai calvaire. Monsieur Bébé s’énervait au sein, il tétait calmement pendant 5 minutes puis il se mettait à hurler en se tordant. Il se jetait à nouveau sur le sein puis le lâchait en hurlant.
J’étais désemparée. Je ne comprenais pas.
Le médecin me disait que tout allait bien, qu’il prenait du poids donc qu’il ne fallait pas s’inquiéter. Mais je sentais bien que quelque chose n’allait pas.
Mon petit Bébé hurlait les trois quart du temps. Il faisait des micros siestes et je sentais bien qu’il souffrait après les tétées. Et aussi pendant.

Je passais tout mon temps sur les forums de jeunes mamans, à chercher des réponses aux symptômes de mon bébés. Et ça me rendait dingue. Je lui trouvais tout et n’importe quoi.
Mais une chose en particulier a retenu mon attention. Les symptômes décrits étaient exactement ceux de Bébé. Le RGO.
J’ai harcelé mon médecin pour qu’il finisse par reconnaître que j’avais raison. Il l’a mis sous inexium. Un truc flippant prescrit aux adultes dans le cas d’ulcère. Mais avec une dose adaptée à son poids (heureusement quand même).
Dans le même temps j’ai commencé une éviction totale (folle que je suis) des protéines de lait de vache.
Le RGO continuait à le gêner mais moins violemment.

Par contre, la galère au sein continuait.
J’ai appelé la Leche League et je me suis fait passer un savon. Si si. Un savon. Un vrai. Parce qu’en pleurant j’ai dit à la dame que je ne savais plus si je voulais continuer. Elle m’a dit d’arrêter de dire des conneries (sic) et de passer mes journées avec Bébé au sein pour stimuler la lactation.

J’ai essayé.

Un Bébé hurlant toute la journée au sein ça vous use une femme.
J’ai acheté un tire lait parce que la sage femme m’avait dit que ça stimulait la montée du lait.
Je me gavais d’homéopathie, de bière sans alcool et de tisane de fenouil (je ne peux plus en boire une goutte. Yeurk).
Mais ça n’allait pas mieux. Bébé terminait toujours par s’énerver au sein. Et je voyais bien qu’il n’avait pas assez. Il tétait comme un furieux, lâchait, reprenait, s’énervait, lâchait, reprenait etc etc…

Un jour pendant une tétée, Bébé hurlant, je tentais tant bien que mal de le maintenir d’une main pendant que j’essayais de tirer un peu de lait de l’autre main. En larmes, épuisée, je n’ai même pas réussi à tirer 30 ml.
A ce moment là Monsieur Papa est rentré à la maison et en voyant la scène pitoyable, il m’a dit « fini les conneries » et il a sorti la boîte de lait qu’on avait acheté « au cas où ».

Bébé s’est enfilé un biberon et ensuite on ne l’a plus entendu.
Et moi j’ai pleuré pleuré pleuré pleuré et encore pleuré.

J’ai pu tirer mon lait quelques jours de plus pour qu’il puisse le prendre encore un peu. Mais très vite (incroyablement vite) il n’y a plus rien eu.
Et il est passé au lait artificiel à 100%.
Et après chaque bib, il était repus, apaisé, calme.

Mon allaitement tant attendu aura duré 2 mois.

Le RGO a continué à nous jouer quelques tours durant 1 mois et demi, puis la douleur a disparu. Il a gardé un traitement au gaviscon et il a dormi incliné jusqu’à ses 1 an parce que ça remontait toujours un peu. Mais le plus dur était passé.

Je garde un souvenir amer de mon allaitement. Je m’attendais à tout sauf à ça. Je pensais vivre quelque chose de naturel et j’ai vécu un enfer.
Je ne me suis jamais sentie aussi seule que durant cette période.
Je ne sais pas si j’allaiterais unnpetit deuz . J’essaierai sûrement, mais je ne m’acharnerai pas si ça devient aussi difficile.
Pendant ces 2 mois je n’ai absolument pas profité de mon Bébé. Le RGO nous a fait vivre l’enfer, mais l’allaitement aussi.

J’aurai tellement aimé être entourée, rassurée et épaulée un minimum.
C’est incroyable comme on est entouré et chouchouté durant la grossesse et comme on se retrouve seul aussi rapidement quand Bébé arrive..

 

allaitement-maternel

Publicités

Un petit mot doux ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s