*Engagements*

Education idéale ?

masques-de-théâtre-24185667

Cet après midi j’ai discuté longuement avec un jeune garçon engagée dans une épicerie solidaire, comme celle que je dirige.

Il m’a raconté sa vie, son parcours, son enfance chaotique.

Il m’a raconté la maladie de sa mère, son hospitalisation et son impuissance a le protéger d’un père dur et parfois violent.

Il m’a raconté son père, sa façon de le « corriger » a la moindre bêtise pour lui « apprendre la vie » et le « remettre dans le droit chemin ».
Il m’a raconté comment ce père l’a mis à la rue, à 16 ans, sans que quiconque ne s’en soucie, ni ne lui tende la main.

Il m’a raconté les années de galère, les squats, le basculement dans le « côté le plus sombre de soi même » comme il l’appelle, pour survivre, manger, exister parfois.
Il m’a raconté son errance, la peur dans les yeux des autres, l’indifférence le plus souvent.

Puis il m’a raconté sa rencontre avec le directeur d’un restaurant social et solidaire, son empathie et son envie simple et spontanée de ne pas voir ce jeune homme continuer à se débattre avec lui même.

Il m’a raconté le début de la fin de l’errance, le retour à la dignité, le regard enfin vraiment posé sur lui et non à travers lui.

Il m’a raconté le bonheur et la fierté d’emménager dans son petit studio de 20 m². D’y dormir dans un lit et de se faire un petit plat chaud le soir.

Il m’a raconté la confiance et la sympathie du directeur du restaurant solidaire qui a eu envie de le prendre en service civique dans l’épicerie solidaire attenante.
Il m’a raconté son bonheur de voir qqun lui faire confiance naturellement, l’écouter, le considérer.

Il m’a raconté son envie de témoigner. De rendre la pareille en s’engageant à son tour pour les autres.

Il m’a raconté à quel point vivre tout ça change un Homme et son regard sur le monde, sur l’humanité parfois inhumaine mais parfois si solidaire.

Il m’a raconté le regard de son père quand il l’a revu, son regard emprunt de satisfaction quand il a vu que son fils « pouvait faire qqchose de sa vie ».

Il n’a alors pas compris ma question « mais tu as bien voulu le revoir ? ».
Pour lui c’était évident. Une partie de lui en voudra toujours à son père. Mais c’est son père quoi. Donc il l’aime quoi qu’il arrive. Sans même se poser la question.

Son récit m’a chamboulée.
Et il m’a questionnée aussi. Pas forcément sur le possible basculement d’une vie, je commence à être rodée sur le sujet. Mais plutôt sur le rôle que les parents peuvent y jouer.

A partir du moment où on devient parent, avons nous tous les droits sur nos enfants ? Pouvons nous les éduquer comme bon nous semble, selon le modèle qui nous parait le plus juste ? Pouvons nous frapper à loisir – parce que ça forge le caractère – ou être laxiste – au point de ne jamais les contredire de peur de les blesser ?

La plupart me diront qu’il y a un juste milieu. Qui peut me dire exactement où se trouve ce milieu ? Comment le trouvons nous ?
Comment être sûr de respecter le bon développement émotionnel de nos enfants ? L’amour suffit il ?

Et surtout, comment faire respecter au mieux les droits de l’enfant ? Ces droits que nul ne devrait jamais bafouer ? Qui s’en préoccupent s’il n’y a pas d’appel à l’aide ?

Je pense vraiment que les parents doivent être accompagnés dans leur apprentissage.

Nous ne sommes pas tous égaux, parce que nous n’avons pas les mêmes codes, les mêmes déterministes sociaux, ni les mêmes représentations du monde.
Nul n’a le savoir absolu en matière d’éducation et d’accomplissement personnel.

Ceux qui disent « je sais » sont souvent ceux qui disent « je regrette ».
Ceux qui se questionnent et se remettent en question se trouvent souvent plus proches d’un bon chemin. En tout cas de leur bon chemin.

Il n’y a pas de vérité absolue. Il n’y a que des individus.

 

 

th

 

Publicités

20 réflexions au sujet de « Education idéale ? »

  1. Sacré temoignage!! Et très bel article qui est à mon sens très juste! Je suis d accord avec toi que la remise en question est d une extrême importance (dans la vie en general de toutes façons 😉 et comme tu le dis si bien à la fin: il n y a pas de verite absolue, je pense que le principal est de faire de son mieux 🙂 bisous ma binome ❤️

  2. Whouaa, dure vie pour ce jeune homme. Dure passé en tout cas. Comme quoi il a réussi à se relever grâce à la générosité d’un homme au grand cœur. Et je dirais, comme quoi ces gens aux grand cœur existent encore de nos jours ! J’ai moi même un grand cœur, et j’aimerai tant aidé les gens dans le besoin, mais je ne peux à cause de nos faibles revenus misérable, on vit sous le seuil de pauvreté depuis 1 an et c’est très dure, mais j’aimerai tellement pouvoir apporter des plats chauds aux personnes qui en ont besoin, aider les enfants en difficultés etc… j’espère qu’un jour, je pourrais.
    En tout cas je compte bien éduquer mes enfants de tel façon que ma propre Maman m’a éduqué, et de leur expliquer que dans la vie il y a toujours plus triste que nous et qu’il faut toujours tendre sa main vers l’autre.

  3. très juste! je trouve que l’on partage un peu l’éducation avec l’école et je déplore justement ce que j’entends… à moi de me faire mon idée, ma fille y rentre l’an prochain… il faudrait également enseigner les droits dès le plus jeune age. l’information c’est le pouvoir. en tout cas beau texte et bravo à ce jeune homme de dépasser cela!!

  4. J’ai envie de laisser une commentaire mais là, tu vois, tu m’as coupé le souffle… Et ça arrive rarement !!!
    Alors je dirais simplement…




    PROUT

    Hahahahahaha au moins on rigole !!!

  5. Témoignage poignant effectivement.
    Les parents sont peu accompagnés et surtout, accompagnement rime tellement souvent avec jugement que cela n’invite pas à demander de l’aide.
    Malheureusement, je n’ai aucune réponse à tes questions que je me pose aussi souvent !
    On dira que c’est déjà bien de se les poser…

    1. Ca ne devrait même pas être vu comme de l’aide, mais bien comme un accompagnement naturel pour tout parent. Personne n’a la science infuse question éducation. Et on est tous paumés à un moment ou à un autre.

  6. Le genre de questions qui taraude toute une vie… A part, « je crois bien faire mais on peut sûrement faire mieux », une autre manière de dire comme toi qu’il n’y a pas de vérité absolue, je ne vois pas où résiderait la solution idéale… Enfin, en fait, je ne vois pas de solution idéale applicable à tous.

  7. On croise souvent des personnes cassées par une éducation trop rigide. Ce que j’ai vécu je le comprends de par le vécu de mes parents. J’ai une tendance à l’intransigence avec mes enfants et les autres me reprochent mon manque de souplesse. La justice est une valeur à laquelle les enfants sont très sensible. Mais l’amour entre un enfant et ses parents paraît plus fort que tout, même lorsqu’ils vivent le pire. J’aimerais bien des fois qu’on me dise « comment faire » quand tout se dérègle et que je crie beaucoup trop 😦

  8. Je suis touchée, et chamboulée aussi. Touchée par l’histoire de ce garçon. Chamboulée par les questionnements que tu soulèves. Je suis de ces mamans qui se remettent chaque instant en question. Qui s’en posent sûrement trop même. Parce que je ne sais pas, rien, du tout. Je ne sais pas si ce que je fais aujourd’hui est ce qu’il y a de mieux pour eux. Je me dis souvent que je manque de temps, de patience, d’indulgence. En fait, on ne sait rien. Et je te rejoins, on devrait, tout, chacun, être accompagné dans notre métier de parent. Parce que c’est un métier, un vrai. Merci pour ce bel article !

  9. L’histoire de ce jeune homme m’a mis les frissons. Je suis vraiment très heureuse pour lui ( même si je ne le connais pas ) qu’il ait put faire quelque chose de sa vie malgré les coup durs. Je ne pense pas qu’il y ait une éducation idéale, alors me faire accompagner par quelqu’un qui me donnerait des leçons et donc qui penserait en savoir plus que moi je ne crois pas que je le supporterais pas puisqu’aucune éducation n’est parfaite. De toute façon quoi que l’on fasse je pense que nos enfants nous reprocheront tjs des choses certes plus ou moins grave. Moi j’ai reproché à ma maman d’avoir été trop sévère et pourtant j’ai l’impression que je pourrais prendre le même chemin. Je suis vraiment intransigeante sur la politesse et le respect des autres, mais par contre je pense que je serais plus laxiste sur ma maman sur la façon de se tenir à table ( dans une certaine limite bien sur ) sur le rangement de la chambre sur les bonnes notes à l’école, les devoirs …

Un petit mot doux ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s