*En famille*

Devenir maman ou passer pro dans l’art de la culpabilité

Depuis que je suis maman je m’inquiète énormément. Normal me diras tu. Je m’inquiète que mon fiston soit bien, qu’il n’ait ni froid ni faim, qu’il se sente en sécurité, qu’il se fasse des copains, qu’il se sente aimé et apprécié, qu’il ne fasse pas une énième crise d’asthme, etc etc…

Mais depuis 5 ans que je suis maman, je crois que le sentiment qui me domine le plus (hormis l’amour inconditionnel of course) c’est la culpabilité.

Je culpabilise de tout et pour tout.

Petits exemples à la volée :

  • je culpabilise quand il ne met pas le nez dehors une journée entière. Même après une semaine riche et chargée, s’il reste une journée entière en pyj à la maison sans sortir je me sens comme la pire des mères. « Koaaaaa ton fils n’a pas pris l’air aujourd’hui ? Tu ne l’as pas emmené au parc ? Mais honte sur toiiiii ! T’as eu la flemme ?? Mais quel égoiiiiiisme ! »
  • je culpabilise quand il regarde un peu trop de dessins animés. Ouais parfois le week end quand il se lève à 7h (qui pour moi est le milieu de la nuit !) et que je n’ai absolument pas envie de me lever, je lui fais son petit dèj et je le laisse une heure ou 2 regarder ses dessins animés préférés. Bordel rien que de l’écrire me rend honteuse.. Heureusement son tonton et son papa se lèvent plus tôt que moi donc ils prennent vite la relève (ouais je me rassure comme je peux). Bah quoi c’est cool les Octonautes nan ?
  • je culpabilise quand je le laisse à la garderie alors que je pourrais tout à fait aller le chercher à 16h15. Bah ouais vu que je ne travaille plus depuis 3 mois je pourrais le faire. Mais de un j’ai quand même des activités qui m’occupent et pas que jusqu’à 16h15 et de deux quand je ne le laisse pas à la garderie il râle parce qu’il adore ça. Donc je culpabilise quand même mais j’arrive à me raisonner. Et puis c’est l’école maternelle, les copains, le goûter, les jeux toussa, c’est pas le bagne non plus ! 
  • je culpabilise quand je le vois qui s’ennuie un peu tout seul, lui qui adore jouer avec d’autres enfants mais qui est fils unique. D’ailleurs il me réclame un petit frère ou une petite soeur à longueur de temps. Sauf que je ne sais pas du tout si un autre enfant il y aura… Mais lui ça ne lui convient pas ! Et ayant eu des frères, je sais le bonheur que c’est, donc j’espère quand même qu’un jour ou l’autre on se lancera. Mais une partie de moi n’est pas sûre d’en vouloir un autre. Compliquée moi ? Si peu !
  • je culpabilise quand je le laisse avec son tonton et/ou son papa pour aller faire la fête avec mes copines. Ce qui arrive quand même très régulièrement. Mais bon on sait bien qu’une bonne mère est une mère épanouie non ? Et les soirées copines, impossible d’y renoncer !
  • je culpabilise quand je lui cuisine des pâtes, encore une fois. Surtout quand je vois toutes ces mamans géniales sur Instagram qui font des merveilleux plats sains, bio et équilibrés à leur progéniture. 
  • je culpabilise quand je vois plein de mamans faire des activités géniales et éducatives avec leurs enfants hyper souvent. Nous on adore les moments en famille, à la cool, mais c’est vrai que les week end et les vacances ne sont pas une succession d’activités toutes plus incroyables les unes que les autres. Quoi que faire du jardinage en permaculture et contribuer à la création d’un tiers lieu pour un enfant de 5 ans c’est pas mal hein ? ^^ (ouais pour une fois je me la pète !)

En fait je me rends compte que les réseaux sociaux augmente cette pression que toutes les mères se mettent. On y voit énormément de photos et de récits qui nous donnent l’impression que les autres parents sont mille fois meilleurs que nous. Et ça n’aide pas vraiment à se faire confiance. 

Souvent d’ailleurs les blogueuses donnent cet effet là : d’être des mères parfaites qui se donnent à mille pour cent pour leurs enfants. Alors que croyez moi on en est loin. Elles ont beau toujours trouver le bon angle ou le bon moment pour la photo parfaite, au final tout ça n’est qu’une capture d’un mini instant et ne reflète pas leur vie entière. Même si elles font des choses chouettes, elles ont aussi des moments moins glam !

Alors maintenant j’ai décidé de ne plus trop culpabiliser. Et j’adore plus que tout vivre à la cool. Dans un minimum de cadre certes, mais sans non plus se mettre la pression.

Le dîner n’est pas prêt à 19h et il mangera à 19h30 ? Je pense qu’il s’en remettra. Et moi aussi. 

Il regarde 2h de dessins animés un samedi matin ? Et bien l’après midi on ira faire une grande balade ! Et au moins je me rassure en me disant que la semaine quand y a école les dessins animés c’est no way, donc on peut être un peu plus souple le week end.

Il ne sort pas une journée parce qu’on est en mode cocooning en famille ? On est heureux ensemble et c’est le plus important.

Il n’a pas fait d’activité super méga géniale hautement éducatif cette semaine ? Et bien la semaine prochaine je l’emmènerai observer les lézards en amazonie (ouais dans mes rêves. Y a des lézards en Amazonie ? J’adore les lézards !).

En tout cas le plus important je pense c’est que nos enfants aient le sourire, soient heureux et épanouis et qu’ils continuent à nous rendre dingues jours après jours. 

Alors on lâche prise un bon coup et on se répète que quoi qu’il arrive le plus important c’est L’AMOUR ! Le reste n’est que purement accessoire. Crois en mon expérience de petite fille qui a eu tout ce qu’il lui fallait matériellement, mais qui a un gros vide dans le coeur laissé par l’enfance…

Alors prête à lâcher prise ? 🙂

 

Publicités

Un petit mot doux ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s